Bienvenue sur mon blog

Histoire du Domaine
15 avril, 2012, 16:00
Classé dans : Histoire

 

cartepostale.jpg

L’ancienne seigneurie de la Mare date du XIIIème siècle. Le premier propriétaire connu est le seigneur Guillaume de la Mare. Un aveu du 22 Mai 1595 décrit le fief : Il y a manoir, maison à divers usages, colombier*, moulin à eau, bois, prays, terre, domaine arable et non arable.

Cette seigneurie restera pendant près de 4 siècles entre les mains des descendants ou des descendantes de Guillaume de la Mare :

  •      La famille de CAMPROND ***

  •      La famille LE GOULLU

  •      La famille de GUERVILLE

  •      La famille de Gillain de BENOUVILLE **

Elle sera vendue la première fois le 21 Avril 1791 par la Marquise de BENOUVILLE**  à son cousin Bernard Henri Louis HUE de CALIGNY. Le domaine comprend alors (cour, Colombier, des maisons, 3 avenues jardin, bois + pièces de terre). Le 31 Juillet 1801, Jean-Jacques QUESNEL de la MORINIERE **** en devient le nouveau propriétaire.

Ref : Christiane DAIREAUX   » Cercle de Généalogie et d’Histoire Locale de Coutances et du Cotentin , bulletin N° 11″.

En Normandie , le colombier était  symbole de Noblesse et puissance.Le droit colombier était un droit féodal depuis le Moyen Age. » Ref : Le Viquet N°98 – 1992 «  Restaurer les colombiers , Philippe Manneville de la Société des Antiquaires de Normandie » .

                                                                °°°°

**** Famille QUESNEL de la MORINIERE

Jean-Jacques QUESNEL de la Morinière né le 24 Avril 1765 à Coutances de Jacques Benoit , sieur de la Boudière QUESNEL  1726-1782  et de Madeleine Monique Marie Simon de la Rommerie épouse le 13 therminor an II ( 31 juillet 1794 ) à Coutances  Marie Charlotte CHRISTY  1775 – 1826  née de Pierre CHRISTY d’Hauteville sur Mer 1744-1786 et de Charlotte Marguerite Françoise Bonne Marie BONTE 1755-1788 .

Après  son décès le 23 janvier 1852 , le domaine de la Mare revint à sa petite fille Marthe QUESNEL de la Morinière née d’ Adolphe Felisme QUESNEL  décédé en 1845 et d’Anne DESMARES . A sa mort en 1908 , c’est son neveux Pierre Charles Michel  d’ANNOVILLE , fils de sa soeur Euphémie QUESNEL de la Morinière et de Pierre-Charles Ferdinand Michel d’ANNOVILLE * qui hérite du domaine de la Mare. Après son décès le 7 février 1924 , c’est son fils Jean Michel d’ ANNOVILLE qui résidera à la Mare jusqu’à la vente du domaine par les consorts Michel d’ANNOVILLE en 1933 et 1934.

 *De noblesse ancienne, descendant de Jacques MICHEL  qui acquit la Seigneurie d’Annoville, en 1649 , Pierre Charles Ferdinand MICHEL d’ANNOVILLE fut toute sa vie respectueusement  appelé  Monsieur d’ANNOVILLE ou plus simplement Monsieur Ferdinand .

En 1850, il épouse la riche demoiselle Euphémie QUESNEL de la MORINIERE . Ils s’établissent au Château de Hauteville :  » Les trois Pavillons « , propriété d’Euphémie. Il dirige lui-même l’exploitation de ses terres de Hauteville ; une douzaine d’employés travaillent au château . Monsieur et Madame d’Annoville partagent leur temps entre les Pavillons et leur hôtel particulier à Coutances. C’est un va-et-vient de calèches et de réceptions.

Leurs huit enfants (5 garçons et 3 filles) sont élevés à Hauteville, sous la direction d’une institutrice pour les plus grands et d’une nurse pour les plus petits. Monsieur le curé de Hauteville supervise une fois par semaine leurs études et apprécie le déjeuner au château. Après leur communion,les enfants entrent en pension à Coutances.

En 1875, lors du mariage de leur fille ainée Elisabeth avec Monsieur de la Conté, la route a été sablée des Pavillons à l’église par la brasserie. Toute la fine fleur des Châteaux aux alentours est présente.

Passionné de chasse, Monsieur Ferdinand entretient une meute d’une quinzaine de chiens et une écurie importante.

Maire de Hauteville de 1865 à 1891 ( toujours réélu en tête de liste ) il décéde cette même année ainsi que son épouse et leur fidèle cocher Eugène MAHE

 Ref : Monsieur TURGIS Georges , Monsieur LEVIVIER Claude respectivement Maire et Adjoint  d’ ANNOVILLE , Bulletin municipal N°3- juillet 2009.

** Famille de Gillain de BENOUVILLE

Bonne Charlotte Hue de LANGRUNE avait hérité de son oncle Anonyme de Guerville , Seigneur de la Mare décédé le 15/06/1744. Bonne Charlotte par son mariage célébré le 12 Mai 1730 avec Antoine Gillain de BENOUVILLE entra dans une famille de grande noblesse , élection de  Caen qui portait  » de sable au chevron d’or accompagné d’un croissant d’argent et d’une étoile d’or en chef et en pointe d’un lionceau. »

  Le dernier des seigneurs de BENOUVILLE , Antoine Gillain est maître de camp de cavalerie, sous lieutenant des gendarmes de Bretagne et Chevalier de Saint-Louis. En 1752, il obtient de Louis XV l’érection de son domaine en marquisat . Son fils Charles Gabriel de la Cie des Chevaux légers de la Garde du Roi meurt en service en 1761. Le Marquis inconsolable de la mort de son fils tomba en état de démence trois ou quatre ans avant de mourir le 22 Octobre 1768 en son Château de Benouville. La Marquise de BENOUVILLE , dame de la Mare ayant renoncé à la succession ,c’est sa fille Thérèse Bonne qui hérite de l’important domaine .Thérèse Bonne de BENOUVILLE  avait épousé le Marquis Hippolyte-François Sanguin de Livry. En 1768 , les époux de Livry disposait d’une fortune considérable . C’est à cette période  qu’ils envisagent la construction du nouveau Château de Benouville et font appel à un architecte alors très en vue , Claude-Nicolas LEDOUX. Sa construction débute à mi-avril 1770, mais dès 1774, les limites financières des LIVRY sont atteintes, des problèmes de malfaçons en menuiseries viennent mettre un coup d’arrêt au chantier. Relancé en 1776, le chantier est supervisé par l’architecte caeannais Jean-François Etienne GILET en décembre 1777. Le chantier s’achèvera en décembre 1785. Le train de vie des Livry, la construction du château , la dégradation de la situation économique des années précédentes à la révolution de 1789 eurent raison de la fortune du marquis et de la marquise . Dès 1785 , le marquis commence à vendre une partie de ses biens. Après le décès du marquis de LIVRY , à Caen en 1789 , la marquise connait des difficultés pour faire face à ses charges et à ses créanciers. Elle est contrainte,  le 28 janvier 1792 , de vendre le domaine , le château et son mobilier à François-Marie Mesnage de Pressigny .

Pendant cette période difficile , sa mère la marquise de BENOUVILLE , dame de la Mare , pour probablement aider sa fille , avait vendu sa seigneurie le 21 Avril  1791 à l’exception de la chapelle de la Mare et terrain en dépendant . En fait , la chapelle , confisquée comme édifice religieux , avait été vendue comme bien national , le 19 mars 1791 , à Guillaume Mauger du village de Saint Nicolas .                                                                                                      

A  Coutances, dans son manoir de la Mare, elle se réservait 2 chambres .

***Famille de CAMPROND

Pierre de CAMPROND Seigneur de la Mare depuis 1523 convaincu d’hérésie pour ses erreurs luthériennes fut étranglé sur le bûcher en 1535. Plusieurs prêtres des environs furent condamnés à vivre au fond d’une tour, au pain et à l’eau ( c’est ce qu’on nommait l’emmurement).Ref: L’ouvrage de Charles Bost : Récits d’histoire protestante en Normandie  corrigé par l’abbé Jean Canu. Il était un des pionniers de l’église réformée dans la Manche.

 » Un des traits les plus surprenants de notre histoire provinciale, c’est que la Normandie, représentée comme un pays essentiellement conservateur…attaché aux anciennes croyances … ait accueilli avec tant de faveur la Réforme » Ref :Henri  Prentout de l’Université de Caen, membre de la Société des Antiquaires de Normandie ».

Quels sont les évènements qui ont favorisés ses idées nouvelles ? L’invention de l’imprimerie favorisa le développement des idées. Une imprimerie fut établie à CAEN en 1480 .L’Université de Caen fondée pendant la guerre de Cent Ans  par les anglais en 1432 ,  au nom Henri VI devint florissante, elle fut le foyer des échanges d’idées parmi les jeunes nobles et fils de bourgeois nantis qui la fréquentaient. Les moeurs du clergé catholique étaient lamentables : En Normandie, les curés se faisaient remplacer par des vicaires. Ceux-ci , peu instruits,  jardinaient ou tenaient cabaret pour subsister, aucun ne prêchait ni ne catéchisait.Des évêques de Coutances qui auraient dû siéger de 1519 à 1551 , un seul apparut dans son diocèse …pour un jour…

Vers 1555, sont organisées les Eglises réformées du Chefresne et de Saint-Lô.En 1562 et 1563 ,les huguenots du Comte de Montgomery et du marquis de Colombières saccagèrent la cathédrale de Coutances.  Entre 1560 et 1580 d’autres Eglises sont dressées : Coutances ,Bricqueville la Blouette……  Ref: Nicole de villars, Agneaux.

La première guerre de religion a perturbé l’organisation administrative de la cité épiscopale. Au décès de Jean de Camprond successeur de Pierre de Camprond en 1561 , la mutation en faveur de son fils Guillaume de Camprond   » Seigneur de la Mare, de Saint -Floxel et de la Cour-Duboscq » ne sera enregistrée que le 18 juillet 1565 ( acte notarié -Tabellionage de Coutances).

Commentaires fermés

Commanderie Templière de l... |
archeoabourail |
efoship |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | archeoabourail1
| nezcreux
| histgeo5eme